industriels inquiets suite a ecretement arenh

Les demandes d’ARENH pour 2022 ont une nouvelle fois été supérieures aux volumes disponibles. Bien qu’attendu, ce dépassement du plafond a fait fortement réagir les professionnels du secteur comme les consommateurs.

Les industriels confrontés à une crise énergétique majeure

L’UNIDEN, association qui représente les industries fortement consommatrices d’énergie actives en France, a ainsi rappelé que « les industriels électro-intensifs situés en France vont devoir compléter une partie importante de leur approvisionnement sur le marché dès les prochains jours, dans les pires conditions de prix qui soient. »

Ses membres alertent sur le surcoût à venir, estimé entre 1 et 2 mds d’euros, ainsi que sur les conséquences immédiates sur l’industrie française : « Un certain nombre de sites envisagent donc d’adapter leur production en conséquence, jusqu’à l’arrêt complet pour certains profils. »

Les adhérents de l’UNIDEN représentent environ 70% de la consommation énergétique industrielle en France et sont présents dans l’agro-alimentaire, l’automobile, la chimie, les ciments et chaux, la construction, l’énergie, les métaux, le papier, le transport, et le verre.

Une baisse de compétitivité à l’international

Ces industriels pointent également la perte de compétitivité sur la scène internationale que cela va engendrer, un « choc[…]violent » avec, à l’horizon, des baisses voire des arrêts de production en cascade.

Cette perte de compétitivité  est d’autant plus difficile à accepter qu’elle est liée, en partie, au fait que la Commission européenne n’ait pas donné son aval, selon le gouvernement, pour rehausser de manière exceptionnelle le plafond de l’ARENH.

« Le prix à terme pour 2022 est de 25 à 30€ / MWh inférieur en Allemagne, et de plus de 60€ / MWh inférieur en Pologne, par exemple » : autant de pays où l’électricité est produite « en bonne partie sur base de charbon ! » tient à souligner l’UNIDEN.

Où trouver les investissements nécessaires au verdissement de l’industrie ?

Dans ces conditions, le secteur ne pourra évidemment pas œuvrer à sa réindustrialisation ni travailler à sa décarbonation. « Les investissements nécessaires pour réduire les émissions ne seront plus possibles » déplore Gildas Barreyre, président du comité Electricité au sein de l’Uniden.

L’industrie française attend désormais les résultats du groupe de travail annoncé par le gouvernement en octobre. Bercy a en effet annoncé réfléchir à des contrats de long terme adossés à des énergies renouvelables pour les industriels.

Charlotte Martin
Responsable Communication

Sophie-Charlotte MARTIN, Conceptrice-Rédactrice spécialisée

Titulaire d'un master 2 en Lettres Classiques, complété d'un master 2 en Communication et d'un cycle web marketing à la CCI de Lyon, Sophie-Charlotte est intervenue sur des sujets aussi B2C que B2B, on et off line.

Régulièrement confrontée aux problématiques tertiaires et industriels, elle s'est spécialisée en énergie. Aujourd'hui, elle garantit au quotidien la direction et la production éditoriale de l'entreprise. Sophie-Charlotte MARTIN est Responsable éditoriale d'Opéra Energie.