Le coût de l’énergie représente bien souvent une part très significative du budget global d’une PME. Les dépenses liées au chauffage, à la climatisation et à la ventilation y sont pour beaucoup, impactant de 10 à 50 % d’u budget énergétique d’une PME, selon le secteur d’activité concerné. L’éclairage occupe la deuxième place du podium, occupant 15 % environ de la facture totale. C’est pourquoi, les PME ont intérêt à porter une attention particulière aux contrats de gaz et d’électricité. Quel fournisseur d’énergie choisir pour une PME ?

Choisir entre des offres d’énergie sur mesure ou standardisées

Depuis 2007 il existe en France de nouveaux fournisseurs appelés fournisseurs alternatifs, venus concurrencer les fournisseurs connus de tous EDF et Engie sur le marché français. Les consommateurs ont donc plus de possibilités pour choisir un fournisseur.

L’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence

Suite au processus de libéralisation mis en œuvre au niveau européen depuis 1996, la France a ouvert ses marchés de l’énergie à la concurrence des fournisseurs. Depuis 2004, des fournisseurs dits alternatifs sont venus rejoindre les fournisseurs historiques (EDF pour l’électricité et Engie pour le gaz) sur le segment des professionnels.

Progressivement, la France a mis fin aux tarifs réglementés de gaz et d’électricité pour certains profils de consommateurs, dont les PME notamment. Les tarifs réglementés du gaz ont pris fin au 1er décembre 2020 et les tarifs réglementés de l’électricité ont disparu pour toutes les structures de plus de 10 salariés et / ou faisant plus de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires au 1er janvier 2021.

Le contrat d’énergie : un choix à murir pour les entreprises

En conséquence, les offres de gaz et d’électricité se sont multipliées, tant et si bien qu’un chef d’entreprise peut être perdu au moment de souscrire son abonnement énergie et choisir parmi les offres de fourniture d’électricité ou de gaz.

Or, une gestion adéquate et une meilleure maîtrise des dépenses énergie peuvent permettre de substantielles économies. Malgré la possibilité de marges de progression conséquentes, trop nombreuses sont encore les PME à ne pas repenser leurs contrats de gaz ou d’électricité, ne sachant finalement quelle offre d’énergie souscrire. Une bonne raison pour tenter d’apporter des éléments de réponse et des clés permettant à une PME de se tourner vers l’opérateur d’énergie qui lui sera le plus avantageux !

Les offres vertes

De plus en plus, des offres alternatives garanties d’énergie renouvelable sont apparues sur le marché, afin de réduire les gaz à effet de serre, préserver les ressources naturelles et accélérer la transition énergétique du territoire français. 

Les fournisseurs historiques ou les fournisseurs concurrents d’EDF et d’Engie proposent souvent une offre garantie renouvelable, avec des offres d’énergie verte.

Enfin, le choix d’une PME va varier en fonction de la taille de l’infrastructure, du type d’activité, si elle est raccordée au gaz ou à l’électricité, et le choix du fournisseur. Sa consommation énergétique annuelle va également être un critère de choix important. 

Quel est le meilleur fournisseur de gaz pour une PME ?

Selon le secteur d’activité de la PME, cette dernière sera dite petite ou moyenne consommatrice de gaz. On distinguera les PME consommant plus de 30 000 kwh / an de celles qui en consomment moins.

Pour les PME qui ont une petite consommation

Les PME qui sont peu consommatrices peuvent choisir entre des :

  • Offres gaz à prix indexé : le prix du gaz évolue en suivant un indice de référence, précisé dans le contrat. Il peut par exemple être indexé sur les tarifs réglementés de vente, sur le prix de gros du gaz naturel mais aussi sur le prix du marché du fioul, du pétrole. Attention donc, à l’indice choisi, forcément cela impactera la facture finale de gaz.
  • Offres gaz à prix fixe : un même prix HT du gaz est garanti pendant toute la durée du contrat. Attention, il sera tout de même impacté par les évolutions des taxes, contributions et, bien souvent, des coûts liés à l’acheminement.

Pour les PME qui ont une consommation importante

Les PME qui sont plus énergivores peuvent se tourner vers des offres de gaz sur-mesure. Attention cependant à ne pas choisir un contrat en ne se basant que sur le prix de l’énergie ! Les fournisseurs ont chacun leurs formulations et leur manière de présenter leurs offres. 

Par exemple, la composition de l’abonnement peut changer d’un fournisseur à l’autre, chez certains le prix de l’acheminement peut être fixe pendant toute la durée du contrat, chez d’autres sa stabilité ne sera pas garantie. Attention également aux montants qui peuvent être exprimés aussi bien en HT que TTC.  De même, les conditions de résiliation sont propres à chaque opérateur.

Quel est le meilleur fournisseur d’électricité pour une PME ?

Globalement, en matière de consommation d’électricité, les PME présentent une puissance de compteur supérieure à 36 kVA. Cela implique qu’elles doivent nécessairement souscrire un contrat d’électricité selon une offre de marché.

Les offres électricité à prix indexé

Pour ce type d’offre, le prix de l’électricité est librement fixé par le fournisseur d’énergie, et évolue selon un indice de référence et une périodicité indiquée dans le contrat. En électricité, le prix indexé suit généralement, à la hausse comme à la baisse, l’évolution du tarif réglementé ou des prix sur les marchés de gros.

Les offres électricité à prix fixe

Pour ces offres, les fournisseurs d’électricité s’engagent à maintenir un prix de l’électricité fixe sur une période de consommation prédéfinie. Cette période peut être de 1,2, 3 ou 4 ans, permettant ainsi aux consommateurs de lisser leur budget électricité sur plusieurs années.

Bien comprendre une facture

Attention, il faut rappeler que le prix de l’électricité qu’une PME va payer comprend :

  • La composante « énergie et fourniture » du prix : elle correspond à l’achat ou à la production d’électricité et à l’activité de détail, c’est-à-dire les coûts commerciaux liés à la vente d’énergie au consommateur final. En France, cette composante représente 35% du prix de l’électricité ;
  • La composante « acheminement » du prix : elle renvoie aux coûts de réseaux, c’est-à-dire les coûts des infrastructures de transport et de distribution relatifs à la maintenance et à l’extension des réseaux et aux services qui y sont liés. En France, cette composante représente 32% du prix de l’électricité ;
  • La composante « taxes et prélèvements » : elle relève de la fiscalité générale (TVA, CSPE, etc.) ou spécifique au secteur de l’énergie ou du climat. En France, cette composante représente 33% du prix de l’électricité.

Relevons néanmoins qu’une variation de la part « énergie et fourniture » a un impact sur la part « taxes et prélèvements » (en particulier sur la TVA). Par ailleurs, l’accompagnement du consommateur par son fournisseur peut également permettre à ce dernier de diminuer la puissance souscrite, ce qui conduit à baisser la part « acheminement ».

Répartition de la facture d’énergie

Bien comprendre le prix d’une offre

Enfin, au titre des offres de marché, les fournisseurs peuvent différencier le prix de leurs offres, incluant l’optimisation des coûts d’achat ou de production d’électricité, et celle des coûts commerciaux pour la fourniture d’électricité (marge comprise). 

Les autres composantes du prix facturé aux consommateurs sont en revanche similaires quels que soient les fournisseurs et les types d’offres :  il s’agit des coûts imputables aux réseaux, qui, en France, correspondent au montant du tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (TURPE), fixé par la CRE, ainsi que les taxes et contributions.

Les aides aux PME dans le cadre de travaux de rénovation énergétique

Pour réduire sa facture d’énergie, une entreprise peut mener des travaux de rénovation thermique. En améliorant l’isolation, en changeant le système de chauffage ou en installant une meilleure ventilation, on peut diminuer sa consommation d’énergie.

Les certificats d’économie d’énergie

Pour encourager les ménages et les professionnels à entreprendre des travaux de rénovation énergétique, faire des économies d’énergie et ainsi accélérer la transition énergétique, l’État a mis en place plusieurs des aides, notamment les Certificats d’Economies d’Energie (CEE). Ces aides peuvent vous permettre de réduire le montant du chantier.

Ce dispositif permet d’engager dans la transition énergétique les fournisseurs d’énergie, les vendeurs de fioul domestique et les distributeurs de carburants automobiles. On appelle ces entreprises « les obligés ».

Pour répondre aux objectifs fixés et imposés par les pouvoirs publics, les obligés doivent acquérir un certain nombre de CEE : soit en achetant des CEE sur un marché spécialisé, soit en finançant des travaux de rénovation thermique et d’isolation. 

Ces dans ce cadre qu’ont vu le jour les Primes Energie. Elles permettent de financer des opérations de travaux de rénovation énergétique. Vous n’êtes pas obligé de passer par votre fournisseur pour demander la Prime Energie Pro. Vous pouvez mettre en concurrence les différents opérateurs pour trouver la meilleure offre de rachat de travaux.