Le prix de l’électricité n’est pas toujours bien compris par les professionnels. Pourtant, il a son importance au moment d’établir un budget. Plus spécifiquement, c’est surtout le prix du kWh d’électricité qui influe sur la facture d’énergie des entreprises et collectivités. Mais alors combien coûte un kWh ? Comment savoir si le prix sur un devis est intéressant ? Le prix du kWh d’EDF est-il moins cher que chez les autres fournisseurs ? Comment les tarifs de l’électricité évoluent-ils ? Opéra Energie fait le point avec vous.

Prix de l’électricité pour les entreprises en 2024 : la structure de la facture

Selon la Commission de régulation de l’Énergie (CRE), le montant total de la facture d’électricité se découpe en trois grandes composantes :

  • Le prix de la fourniture, c’est-à-dire l’achat de l’électricité par le fournisseur, qui représente 35% du montant de la facture. Les fournisseurs s’approvisionnent via les marchés de gros, via l’accès à l’énergie nucléaire historique (ARENH), ou directement auprès de producteurs d’énergies renouvelables ;
  • Le tarif d’acheminement appelé « TURPE » qui correspond à 32% de la facture environ ;
  • Les taxes et contributions sur l’énergie qui pèsent à hauteur de 33% sur le montant total.
Répartition moyenne des coûts sur une facture d'électricité

Afin de couvrir l’ensemble de ces frais, la facture comprend une partie fixe, le montant de l’abonnement à l’électricité et une partie variable, mesurée en kWh correspondant à la consommation. En général, c’est essentiellement cette dernière donnée qui est importante pour le consommateur résidentiel ou non résidentiel. En effet, plus le prix du kilowattheure (kWh) est bas, plus la facture diminue.

Pour calculer les kWh consommés en euros, il suffit de multiplier le nombre de kWh consommés sur une période donnée par le prix du kWh HT affiché par le fournisseur. Ces informations se trouvent sur votre facture.

Quel est le prix d’un kWh d’électricité pour les entreprises en 2024 ?

Depuis l’ouverture du marché de l’électricité à la concurrence intervenue en 2004 pour les professionnels et en 2007 pour les particuliers, il n’existe pas un prix unique du kWh en France. De nombreux fournisseurs proposent des offres d’électricité en France. Chaque fournisseur est libre de pratiquer le prix du kWh d’électricité qu’il souhaite.

Tous les fournisseurs, y compris le fournisseur historique EDF, proposent ainsi des offres de marché aux tarifs librement fixés. Seul EDF est en droit de proposer le tarif réglementé ou « tarif Bleu ».

Il n’est pas toujours aisé de comparer les offres d’électricité. Pour les compteurs d’une puissance inférieure ou égale à 36 kVA, partir du prix du kWh au tarif réglementé d’EDF peut servir de baromètre de comparaison des prix. De nombreux fournisseurs affichent ainsi un prix du kWh inférieur au tarif réglementé. Toutefois, il n’est plus possible de souscrire au Tarif Bleu pour de nombreux petits pros. Il n’est commercialisé que pour les petites entreprises de moins de 10 salariés avec un bilan inférieur à 2 millions d’euros.

Pour les compteurs d’une puissance souscrite supérieure à 36 kVA, les tarifs réglementés de vente (TRV) ont été supprimés en 2016. Il faudra donc demander plusieurs devis à différents fournisseurs d’électricité pro le même jour ou se tourner vers un courtier en énergie afin de comparer aisément les offres du marché en ligne.

Comprendre le marché de l’électricité de la production à la distribution

Le prix de l’électricité inclut la production, le transport, la distribution, etc. Pour bien le comprendre, il convient de faire un bref rappel sur l’organisation du marché de l’électricité. On distingue plusieurs grands maillons de la chaîne de l’électricité :

  • La production gérée par les producteurs, ceux qui la fabriquent : Il peut s’agit d’EDF pour les centrales nucléaires, les centrales thermiques et certaines infrastructures renouvelables ou de producteurs indépendants, notamment pour les énergies renouvelables (Compagnie Nationale du Rhône, Centrales solaires privées, etc.) ;
  • La fourniture d’électricité, l’apanage des fournisseurs qui achètent l’électricité sur un marché de gros ou directement aux producteurs et la revendent aux consommateurs. Ils sont parfois eux-mêmes producteurs ;
  • l’acheminement organisé par RTE sur le réseau de transport d’électricité, les lignes à haute tension ainsi qu’Enedis et les entreprises locales de distribution (ELD). Ces derniers assurent la livraison de l’électricité jusqu’au consommateur final via le réseau de distribution, les lignes à moyenne et basse tension. Enedis oeuvre sur 95% du territoire et les ELD sur 5%.
Marché de l’électricité

Quel est le prix de l’électricité chez EDF Entreprises ?

EDF est le fournisseur historique d’électricité en France. Il était en situation de monopole avant la libéralisation du marché de l’énergie.

En fonction de l’offre choisie, le prix du kWh diffère. À l’heure actuelle, EDF est habilité à commercialiser deux grands types d’offres :

  • Les tarifs réglementés ou « Tarif Bleu » ;
  • Les offres de marchés.

Le prix du kWh EDF aux tarifs réglementés

Concernant le tarif bleu, le prix du kWh d’EDF est proposé par la CRE et ensuite fixé par le gouvernement.

Pour calculer le montant des tarifs réglementés d’EDF, la CRE se base sur :

  • Le montant de l’ARENH, aujourd’hui porté à 42€/MWh ;
  • Le « coût du complément à la fourniture d’électricité », c’est-à-dire les autres sources d’approvisionnement ;
  • Les tarifs d’acheminement ;
  • La commercialisation des offres et la rémunération du fournisseur.

Comme le fait savoir la CRE : « Cette méthodologie de calcul vise à garantir la « contestabilité » de ces tarifs par les fournisseurs alternatifs, c’est-à-dire la faculté pour les fournisseurs alternatifs de proposer aux consommateurs des offres de marché à prix égaux ou inférieurs aux TRV. »

Un tarif réglementé ouvert à plus d’entreprises en 2026 ?

Le tarif réglementé de l’électricité subit des évolutions régulières. Alors qu’il avait pris fin en 2020 pour de nombreuses entreprises, il sera finalement réouvert à la souscription en 2026. Comme l’a expliqué Bruno Le Maire le 14 novembre 2023, « toutes les entreprises de moins de dix personnes et de moins de deux millions d’euros de chiffre d’affaires auront droit à un tarif régulé, quel que soit leur niveau de consommation électrique. Il n’y aura donc plus de seuil à 36 kilovoltampères (kVA) ».

Le contrat sortie de tarif EDF : prix du kWh pour les professionnels

La fin des tarifs réglementés de l’électricité pour les professionnels a eu lieu le 31 décembre 2020. Depuis cette date, ils ne seront plus commercialisés. Les entreprises n’ayant pas changé d’offre ont été basculées automatiquement sur le contrat « Sortie de Tarif » d’EDF sans pouvoir négocier le montant de l’abonnement ou le prix du kWh.

Ces prix sont légèrement supérieurs au tarif réglementé. Le prix du kWh en option base est porté à 0,17167 €.

L’offre Sortie de Tarif EDF existe aussi en heures pleines / heures creuses. En heures creuses, le prix du kWh est de 0,13981 €. Il monte à 0,18066 €.

Le prix du kWh EDF en offres de marché

En offre de marché, le prix du kWh diffère en fonction de l’offre choisie. Pour les profils « tarif Bleu », les grilles tarifaires apparaissent comme un peu plus chères que les offres aux tarifs réglementés.

Pour les profils plus importants, il faudra directement demander au fournisseur quel est le prix du kWh. En effet, de nombreuses offres incluent des services en option.

Cela influe sur le prix du kWh. D’autre part, les gros consommateurs d’énergie sont soumis à ce qu’on appelle « l’horosaisonnalité ». En fonction des jours de l’année, le prix du kWh d’électricité peut-être plus ou moins élevé.

Ces postes horosaisonniers sont déterminés par Enedis et/ou RTE en fonction des prévisions de consommation. En effet, en théorie, plus la demande en électricité est forte à un instant T, plus il faut faire fonctionner les sources de production, plus le prix du kWh est élevé.

Quel est le prix de l’électricité chez les fournisseurs alternatifs d’énergie professionnels ?

Avec l’ouverture à la concurrence de nombreux fournisseurs ont fait leur apparition sur le marché. Selon la CRE, en 2019, 160 opérateurs se partagent le marché. Bien entendu, chacun est libre de proposer le prix de l’électricité qu’il estime juste.

Globalement, sur le marché, on distingue trois grands types d’offres :

  • Les offres à tarifs indexés sur les TRV (pour les petits consommateurs) ou sur l’ARENH (pour les plus gros consommateurs) ;
  • Les offres d’électricité à prix fixes ;
  • Les offres d’électricité à prix variables qui suivent les marchés de gros.

Les offres à tarifs indexés

Les offres d’électricité à prix indexés sur les tarifs bleus présentent un pourcentage de réduction sur le prix du kWh HT ou sur le montant de l’abonnement par rapport au TRV. Elles sont destinées aux petits professionnels désirant quitter les tarifs réglementés. Les fournisseurs comme Electricité de Provence, Vattenfall ou encore TotalÉnergies en commercialisent.

Pour les professionnels avec une puissance souscrite supérieure à 36 kVA, il est possible d’opter pour une offre à prix indexés sur l’ARENH. Engie ou EDF en proposent. Ce ne sont pas toujours les moins chères, mais elles offrent une grande stabilité des prix. En effet, le prix suit les évolutions du montant de l’ARENH, qui est resté à 42 €/MWh depuis 2012. Bien souvent, ce tarif reste plus intéressant que les prix de l’électricité sur les marchés de gros.

Les offres d’électricité à prix fixes

Comme leur nom l’indique, les offres d’électricité à prix fixes garantissent un prix du kWh stable sur toute une période. En général, les contrats vont d’un à quatre ans.

Dans un contexte de forte hausse des prix, elles peuvent être intéressantes pour une entreprise. Elle lui permettant d’établir facilement un budget énergie et de se prémunir des hausses du tarif réglementé, l’ARENH ou des prix sur les marchés de gros.

Attention cependant, seul le prix du kWh HT reste fixe. Ces offres ne permettent donc pas de se prémunir d’une hausse des taxes.

Parmi les fournisseurs qui disposent d’offres à prix fixes, on compte Eni, Alterna, Electricité de Savoie. A l’instar de Eni, certains fournisseurs proposent des offres à prix fixes révisables uniquement à la baisse à la date anniversaire du contrat. Cela permet de ne pas subir les hausses mais de profiter des éventuelles baisses pendant la période contractuelle.

Les offres d’électricité à prix variables

Dans le cadre des offres d’électricité à prix variables, les prix du kWh varient en fonction des cours de l’électricité sur les marchés de gros. Elles sont donc en général plus difficiles à lire pour les consommateurs mais peuvent parfois être très intéressantes. On les retrouve, par exemple, chez Ekwateur ou chez Gazel Énergie (Ex-Uniper).

Lorsque les prix sur les marchés sont très bas, comme ça l’a été dans le début des années 2000 ou plus récemment avec la crise du Covid-19, elles s’avèrent très avantageuses pour les professionnels. Il faut simplement faire très attention à la durée d’engagement qu’elles imposent pour être sûr de bénéficier des meilleurs prix de l’électricité.

Comparateur des prix de l’électricité : trouver le fournisseur le moins cher en 2024

Vous l’aurez compris, il existe une multitude d’offres sur le marché et il n’est pas toujours facile d’évaluer le juste prix de l’électricité. C’est pourquoi, les professionnels, entreprises et collectivités peuvent passer par un comparateur des offres d’électricité pour trouver l’offre la moins chère.

Ces outils sont développés par des courtiers en énergie, comme Opéra Énergie. Outre la comparaison des tarifs de l’électricité, avec l’aide d’un expert en énergie, il est possible d’analyser le marché, d’être accompagné dans la négociation des clauses de son contrat et dans les démarches de souscription.

Comment évolue le prix de l’électricité en France ?

Le prix de l’électricité dans l’Hexagone n’est pas fixe. Il évolue en fonction de différents facteurs. Mais comment-a-t-il évolué ces dernières années et quelles sont les perspectives futures ?

Évolution du prix de l'électricité depuis 2001

2008-2020 : des années de hausse des prix

En France, le prix de l’électricité enregistre une tendance haussière depuis 2008. Comme l’explique l’INSEE dans une étude : « Entre 2009 et 2016, les prix de l’électricité augmentent plus rapidement que l’inflation (+ 4,3 % contre + 0,5 %), cela découle pour une grande part du quintuplement de la Contribution au service public de l’électricité (CSPE) ». La hausse s’est poursuivie depuis puisqu’entre 2019 et 2020, ils ont subi plus de 10% d’augmentation.

A priori, sur le court et le long terme, on peut penser que les prix continueront à grimper notamment du fait de la maintenance du parc nucléaire, de la construction de l’EPR de Flamanville et du développement en parallèle, d’infrastructures renouvelables.

Prix du MWh d’électricité et Covid-19

Malgré ce contexte de hausse, les prix de l’électricité restent volatils. Certains facteurs peuvent engendrer un effondrement des prix. Cela a été le cas en 2020 lors de la pandémie de coronavirus.

En effet, au 1er janvier 2020, le prix du mégawattheure (MWh) d’électricité était de 41,88 € sur le marché de gros, selon les données de RTE qui croisent les informations des différentes bourses de l’électricité d’EPEX SPOT SE et Nord Pool Spot. Au 1er avril, du fait de la baisse de la consommation d’électricité, il était de 22,66 €. Il est remonté à 30,31 € au 1er juillet.

Prix de l’électricité 2021 : une augmentation majeure

En 2021, le prix du kWh s’est stabilisé. D’après les données de RTE, entre janvier et mars 2021, en 2021 le prix du MWh en France avoisinait les 42,08 €. A l’été 2021, le prix de l’électricité avoisinait 78 euros le MWh sur les marchés de gros européens pour de la fourniture en 2022.

Il s’agit d’une conséquence de la hausse des prix du gaz. En effet, le gaz naturel représente 19,1% du mix énergétique européen. De nombreux pays disposent de centrales thermiques à gaz pour produire de l’électricité. Une envolée des prix du gaz impacte donc particulièrement les tarifs de l’électricité.

Julien Teddé, directeur général d’Opéra Energie, nous explique les causes de l’augmentation record des prix de l’énergie en 2021.

Une forte augmentation du prix de l’électricité en 2022 pour les professionnels

La hausse des prix du MWh d’électricité a continué en 2022. Au 1er janvier 2022, l’électricité s’échangeait à 94,74 € le MWh sur les marchés spots contre 292,1 € au 1er décembre. Cette évolution des prix a fortement joué sur le coût de l’électricité en entreprise. La facture des professionnels a grimpé. Certaines entreprises ont vu la facture d’électricité être multipliée par 6.

évolution du prix de l'électricité

Les petits pros encore éligibles au bouclier tarifaire ont été plus préservés. Le TRV pour les professionnels aurait dû enregistrer une hausse 44,7 % HT au 1er février 2022. Pour limiter cette hausse à 4% maximum, le gouvernement a décidé de baisser une taxe sur l’électricité, la CSPE. Jean Castex a annoncé cette mesure au 20h de TF1, le 30 septembre 2021.

Un gel du Tarif Bleu en 2022

Le 13 janvier 2022, le gouvernement a annoncé un gel des tarifs réglementés d’EDF. Les TRV ont subi une hausse de 4% en février 2022 puis seront bloqués pendant un an. Cette mesure s’accompagne d’un ajout de 20 TWh supplémentaires au plafond de l’ARENH à un prix de 46,5 € / MWh.

La CRE a fait savoir que normalement, le TRV pour les professionnels aurait dû subir une hausse 44,7 % HT au 1er février 2022. Pour les particuliers, l’augmentation aurait été de 44,5% HT. « En l’absence de mesures, la hausse serait de 330 €/an pour un client résidentiel et de 540 €/an pour un client professionnel » précise-t-elle.

La CRE a proposé une augmentation de 3,73 % HT soit 3,56 % TTC pour les tarifs bleus professionnels en vertu de la hausse du TURPE au 1er août 2022. Toutefois, en vertu du bouclier tarifaire, cette évolution n’a pas eu lieu.

Une hausse des prix qui s’est poursuivie en 2023

Au 1er juillet 2023, le prix du kWh HTVA au tarif Bleu d’EDF pour les professionnels est de 0,1464 € en option base. En option double tarif ou heures pleines / heures creuses EDF, c’est un peu différent. En heures creuses, il est de 0,1291 € et en heures pleines 0,1516 €. Dans les deux cas, le montant de l’abonnement varie en fonction de la puissance souscrite.

Une hausse du tarif réglementé de 15% en février 2023

Le gouvernement a annoncé de nouvelles modalités pour le bouclier tarifaire, le prix du kWh au tarif bleu a augmenté de 15% dès le premier février 2023. Cette hausse intervient à la suite de vagues d’augmentation du prix de l’électricité en Europe en 2022 et lors des années précédentes.

Une hausse de 10% du prix du kWh d’électricité au 1er août 2023

Le gouvernement a décidé de changer les modalités du bouclier tarifaire en 2023. Dès le 1er aout 2023, s’applique une hausse de 10% sur le prix du kWh au tarif réglementé de l’électricité. Elle concerne les consommateurs particuliers et professionnels encore clients du tarif réglementé de vente de l’électricité.

L’augmentation des prix s’est donc poursuivie en 2023 mais a été contenue grâce au bouclier tarifaire. Toutefois, la hausse plafonnée des prix concernait uniquement les entreprises ayant un contrat au tarif réglementé de vente. Les entreprises ayant souscrit à une offre de marché ont vu leurs factures fortement augmenté en 2023.

Quels sont les facteurs qui pourraient influencer le prix du kWh en 2024 ?

Une hausse de l’ARENH

Difficile à dire. Il est probable que celui-ci grimpera. En effet, les députés ont décidé de faire augmenter le montant de l’ARENH à au moins « 49,5 € / MWh » dès janvier 2023. De plus, une hausse de la commande ARENH pourrait augmenter le taux d’écrêtement et entrainerait une hausse des prix de l’électricité.

Un approvisionnement en gaz toujours réduit

Parallèlement aux hausses des coûts de l’ARENH, les variations concernant le prix du gaz pourrait influencer le prix de l’électricité sur le marché de gros.

Un tarif réglementé de l’électricité en hausse

S’il est impossible de savoir avec précision comment évolue le cours du MWh sur les marchés de gros, le gouvernement a annoncé que le tarif Bleu de l’électricité subira une hausse en 2024. Dès le 1er février 2024, le prix de l’électricité augmentera de 10% pour les entreprises concernées par les tarifs réglementés.

Une hausse de la CSPE

Sur le moment, Jean Castex n’a pas expliqué quelle taxe serait remaniée. Le bouclier tarifaire des prix de l’électricité s’est traduit par une baisse de la CSPE. En en réduisant le montant, on peut jouer sur le prix de l’électricité à la baisse. Il s’agit de la taxe la plus importante sur l’électricité. Auparavant portée à 22,5€ / MWh, le montant de la CSPE 2023 est de :

  • 0,5 €/MWh pour les entreprises dont le compteur présente une puissance supérieure à 36 kVA ;
  • 1 € / MWh pour les petits professionnels et les particuliers dont la puissance de compteur est inférieure ou égale à 36 kVA.

Une hausse de la CSPE en 2024 aurait une incidence direct sur le montant de la facture d’électricité des entreprises.

Caroline Dusanter
Caroline Dusanter

Diplômée d’un Master 2 du CELSA-Paris Sorbonne, Caroline s’est lancée comme rédactrice et chargée de communication éditoriale indépendante en 2017. Intéressée par les problématiques liées à la transition énergétique et à la mobilité, elle travaille avec Opéra Énergie depuis 2019.

Experte sur les problématiques liées à l'énergie et la rénovation énergétique, elle ambitionne à travers ses articles de faire de la pédagogie sur le marché du gaz et de l’électricité, en constante évolution.