Choisir l’abonnement d’électricité de son entreprise : pourquoi est-ce compliqué ?

Parce qu’avec la fin des tarifs réglementés, les offres de souscription se sont multipliées et que leur lisibilité n’est pas toujours évidente !

Avant la fin des tarifs réglementés, deux tiers des volumes d’électricité étaient vendus aux tarifs réglementés par EDF et seulement 18 % par des alternatifs.

Avec la nouvelle réglementation, les cartes ont été rebattues et de nouveaux acteurs sont apparus sur le marché pour s’adresser à tous les professionnels concernés par la fin des TRV (anciens abonnés aux tarifs jaune ou vert -soit une puissance de compteur supérieure à 36 kVA) : entreprises, industriels, artisans, mais aussi commerçants, agriculteurs, professions libérales, copropriétés, associations, collectivités territoriales, établissements publics, etc.

Tous les contrats d’électricité pour les pros ne garantissent pas la même qualité de réseau : faux !

Au préalable, mettons fin à un préjugé qui a la vie dure : quels que soient l’abonnement souscrit et le fournisseur choisi, l’entreprise a la garantie de bénéficier d’une distribution électrique optimale. En effet, la qualité de l’électricité est assurée par les gestionnaires de réseaux : elle ne dépend aucunement du fournisseur. Il est en de même pour les services d’urgence et de dépannage.

Ce sont bien d’autres critères qui rentrent en jeu dans le choix d’un contrat d’électricité pour les pros…

Comment est calculé un abonnement d’électricité pour une entreprise ?

Quel que soit le fournisseur, sa proposition d’abonnement d’électricité comprendra :

  • Une part fixe, qui est la part de l’abonnement. Exprimée en €/an, elle est destinée à couvrir les coûts fixes d’acheminement et de commercialisation. Son montant dépend de la puissance souscrite par l’entreprise.
  • Une part variable, qui sera calculée en fonction de l’électricité consommée. Exprimée en €/kWh, elle englobe le coût de l’énergie ainsi que les coûts variables d’acheminement et de commercialisation.
    C’est sur ce prix de l’énergie que se joue la concurrence.

Attention aux offres trop alléchantes ! Les prix affichés peuvent être trompeurs : les uns sont exprimés hors taxes, les autres au contraire TTC, et certains hors TVA. De même, tel fournisseur peut présenter un prix à tarif unique, lissé quelle que soit la période de consommation, quand son concurrent propose un prix différencié heures pleines / heures creuses.

Pas si simple pour une entreprise de faire le bon choix en matière d’abonnement d’électricité !

Abonnement d’électricité pour les entreprises : quelle tarification privilégier ?

Pour choisir son abonnement d’électricité, une entreprise doit se décider entre plusieurs types de tarification qui toutes auront un impact sur la facture finale. On distingue ainsi :

  • Les offres au tarif réglementé de vente (TRV) :
    Ce tarif réglementé, calculé sur les frais supportés par les fournisseurs d’énergie, est fixé par les pouvoirs publics. Sa valeur est soumise à révision 1 fois par an. EDF et quelques fournisseurs historiques locaux (ou entreprises locales de distribution) en détiennent le monopole.
  • Les offres à prix indexé :
    Le prix de ces offres, librement fixé par le fournisseur d’énergie, évolue selon un indice de référence et une périodicité indiqués dans le contrat. On dit d’un prix qu’il est indexé lorsque son évolution, à la hausse comme à la baisse, suit l’évolution du tarif réglementé.
  • Les offres à prix fixe :
    Dans le cadre de ce type d’offres, les fournisseurs d’électricité s’engagent à maintenir un prix fixe sur une période de consommation prédéfinie. La durée de cette période est, généralement, de 1,2, 3 ou même 4 ans.

Pour savoir quelle tarification vous sera la plus avantageuse, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un courtier en énergie.

Contribution et taxes sur l’électricité : un vrai poids économique dans l’abonnement des entreprises

En plus du prix de l’abonnement et du prix de l’énergie, un contrat d’électricité d’entreprise intègre des taxes et contribution fixées par les pouvoirs publics ou les collectivités locales. Leur répercussion économique n’est pas des moindres : elles représentent plus d’un 1/3 du tiers du montant final du kWh TTC. Leur mode de calcul est identique quel que soit le fournisseur, au contraire du kWh.

  • La CSPE (Contribution au Service Public d’Électricité) :
    taxe permettant d’alimenter un compte d’affection spéciale « Transition énergétique » qui sert notamment à financer les politiques de soutien aux énergies renouvelables. En 2018, son montant est de 22,5 €/MWh. Taxe importante, elle peut néanmoins bénéficier de taux réduits ou d’exonération.
  • La TCFE (Taxe sur la Consommation Finale d’Électricité): taxe locale sur la consommation d’électricité, collectée par le fournisseur puis reversée aux collectivités territoriales. Elle s’applique aux sites ayant une puissance souscrite inférieure à 250 kVA s’il s’agit de sites reliés en basse tension (C5–C4) et inférieure à 208,3 kW s’il s’agit de sites reliés en haute tension (C3–C2–C1).
  • La CTA (Contribution Tarifaire d’Acheminement) : contribution allouée au financement des retraites des personnes relevant du régime des industries électriques et gazières. Elle représente 27,04 % de la part fixe du tarif d’acheminement appliqué par les gestionnaires du réseau de distribution d’électricité.
  • La TVA (Taxe sur la valeur ajoutée) : cette taxe majore à hauteur de 5,5% l’abonnement ainsi que la contribution tarifaire d’acheminement (CTA). Elle majore à hauteur de 20% la consommation réelle ainsi que la CSPE et la TCFE pour les consommateurs ayant une puissance souscrite inférieure à 36 kVA. Ce taux de 20% s’applique sur l’ensemble de la facture pour les autres consommateurs.

Pensez à vous renseigner auprès de nos conseillers Opéra Énergie sur les possibilités d’optimisation fiscale au moment de choisir l’abonnement d’électricité de votre entreprise.