Le marché des batteries solaires

Le marché des batteries pour panneaux solaires représente des centaines de milliards d’euros dans le monde, avec un potentiel de croissance très important.

Pourtant, la France ne fait pas partie des pays qui profitent de ce marché très attractif. C’est en effet un choix stratégique de notre pays, qui ne croit pas au potentiel des batteries solaires.

Pour exemple le constructeurs automobiles français ne voient pas l’intérêt d’investir dans les voitures électriques. Leur conviction étant que les moteurs à essence seraient toujours d’actualité en 2050.

Aujourd’hui, la usine française de batteries solaires se situe en Bretagne. Elle est la propriété de Vincent Bolloré et ne dispose pas d’une source d’approvisionnement de lithium.

La Chine et l’entreprise Tesla, aux États-Unis, détiennent la grande majorité de la production des batteries en 2020.

Comment choisir votre batterie solaire ?

Batterie « plomb ouvert »

Les batteries plomb ouvert sont constituées de plusieurs cellules individuelles qui ont chacune une tension de 2 V.

Les batteries solaires « plomb ouvert » sont solides, mais il est fondamental de les entretenir régulièrement.

N’étant pas étanche, leur lieu d’installation doit être aéré. Aussi parce que lorsqu’elles se chargent, elles libèrent de l’oxygène et de l’hydrogène. Cela dit, la batterie au plomb doit être protégée du froid car elle peut geler. Bien conservée, ce type de batterie a une durée de vie de 10 ans.

Nous vous conseillons les batteries à plomb ouvert pour une utilisation peu intense et peu régulière. Idéal pour votre résidence secondaire.

Batteries au plomb (sans entretien)

Connues sous le nom de batteries AGM, elles sont étanches et plus fiables que les batteries à plomb ouvert. Notamment, parce qu’elles ne libèrent pas de chaleur au moment de la charge ou de la décharge.

L’inconvénient est qu’elles ont un nombre de cyclages (charge et décharge cumulés) plutôt faible avec une durée de vie de 10 ans.

Le plus gros avantage est de pouvoir utiliser ces batteries pour un usage quotidien.

Batteries en gel

Il s’agit de la version haut de gamme des batteries au plomb.

Elles sont très fiables et sans entretien, avec un cyclage élevé (de 600 à 1600). Attention aux charges excessives !

On les privilégie pour des cycles répétitifs en usage quotidien.

Batteries lithium-ion

Ce sont les batteries les plus récentes. Avec un marché en plein développement, pas seulement pour l’autoconsommation, mais aussi pour les trottinettes, vélos, smartphones, voitures.

Les batteries lithium sont ultra performantes avec un rendement charge-décharge supérieur à 90 %.

Elles atteignent un nombre de cycles très élevé tout en restant sensibles aux décharges profondes. Il faut donc privilégier des décharges partielles à un cycle complet de charge-décharge.

Des régulateurs permettent d’optimiser ce type de batterie, ce qui est un gros avantage pour prolonger leur durée de vie.

Quel est le coût d’une batterie solaire ?

Le marché étant encore a ses débuts, il n’est pas évident de donner des tarifs exacts ou un prix moyen. Il existe de fortes variations en fonction du type de batterie, de la marque, du modèle, de la capacité de stockage.

En revanche, ce que nous pouvons faire, c’est vous donner des fourchettes de prix par type de batterie, pour 1 kWh :

  • Batterie à plomb ouvert : 80 et 250 €
  • Batterie étanche AGM : 200 et 400 €
  • Batterie gel : 250 et 500 €
  • Batterie lithium-ion : 600 et 1000 €

Comment recycler une batterie solaire ?

Qui dit batterie dit forcément recyclage, dans le but d’éviter de polluer la planète. Recycler les batteries usagées est un enjeu important pour notre futur.

Les mairies mettent à disposition des points de collecte des batteries solaires obsolètes qui sont ensuite envoyées vers des centres de recyclages.

C’est un système déjà très performant puisque l’on sait que le taux de recyclage des batteries lithium-ion est proche des 70%.

Plus les acteurs sont nombreux, plus les solutions de recyclages vont fleurir dans le monde.

Quel est l’avenir des batteries solaires ?

Comme nous l’avons dit, le secteur des batteries est encore en plein boom en termes de développement. La course est aux technologies les moins polluantes.

Le Power-to-Gas

C’est une technologie qui permet de stocker l’électricité en excès, produite pas les énergies renouvelables, sous forme d’hydrogène ou encore de méthane par électrolyse de l’eau.

Sa force est de compenser les productions des énergies renouvelables qui sont souvent irrégulières, en stockant la production sous forme de gaz.

Les batteries au sel

En 2020, des chercheurs du CNRS et du CEA travaillent sur un prototype de batterie sodium-ion.

C’est particulièrement intéressant, car le sodium, qui remplacerait le lithium, est facilement accessible sur notre planète.

La durée de vie des batteries au sel est importante avec 2000 cycles de charge-décharge.

L’avantage est que cette technologie offre les mêmes caractéristiques que les batteries eu lithium.

Le coût de production serait largement abaissé au regard des prix du sodium dans le monde.

Les batteries à rhubarbe

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) soutiennent notamment ce projet.

Les sels minéraux de la rhubarbe pourraient être utiles à la production d’une matière première peu polluante intéressante pour les batteries du futur.