Comprendre sa facture d’électricité pro pour mieux l’estimer

Savez-vous que dans votre facture d’électricité vous ne payez pas que l’énergie ? Cette dernière représente en effet moins de 50 % du montant global HTVA, qu’il s’agisse d’EDF, le fournisseur historique d’électricité ou de ses concurrents, les fournisseurs alternatifs.

Une facture d’électricité professionnelle se décompose de la manière suivante :

  • La partie fourniture, le prix même de l’électron, de l’énergie ;
  • Le Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’électricité (TURPE), le tarif d’acheminement ;
  • Les taxes et contributions sur l’énergie.

Selon la Commission de Régulation de l’Energie (CRE), pour les consommateurs au profil Tarif Bleu, avec un compteur d’une puissance inférieure ou égale à 36 kVA :

  • la fourniture représente 35% de la facture ;
  • l’acheminement 32% ;
  • et les taxes 33%.

Il est difficile de déterminer pour les clients présentant une puissance supérieure à 36 kVA les pourcentages exacts de chaque poste de dépenses sur la facture, les manières de consommer étant très différentes d’un site à l’autre. Mais, schématiquement, on peut estimer que chacun des postes représente environ 1/3 de la facture.

La fourniture d’électricité, qu’inclut-elle ? 

Le tarif de l’énergie couvre les coûts de production, coûts de commercialisation et coûts d’approvisionnement. Cette partie de la facture compte :

  • une part fixe, l’abonnement à l’électricité, déterminé par la puissance souscrite et la tarification choisie ;
  • une part variable proportionnelle à la quantité d’énergie consommée. Le montant de la facture dépend alors du prix du kWh

L’acheminement de l’énergie, une place prépondérante dans la facture d’électricité

Les coûts de l’acheminement de l’électricité couvrent les coûts d’exploitation, de maintenance et de développement des réseaux publics :

  • de transport, géré par Réseau de Transport d’Électricité (RTE). Il s’agit des lignes à haute tension ;
  • de distribution, géré par Enedis sur 95 % du territoire et par des entreprises locales de distribution (ELD) sur les 5% restants. Les plus connues sont Electricité de Strasbourg, UEM à Metz et GEG à Grenoble.

C’est la CRE qui fixe les barèmes et évolutions du TURPE en se basant sur quatre axes : 

  • La péréquation tarifaire : Le coût d’accès au transport est le même sur tout le territoire. Les utilisateurs les plus éloignés du réseau ne paient pas plus cher que les autres. 
  • Le « timbre-poste » : le tarif d’acheminement est le même pour tous les consommateurs quelque soit leur lieu de résidence ;
  • La tarification en fonction de la puissance souscrite et de l’énergie soutirée : le TURPE évolue selon la puissance du compteur.
  • L’horosaisonnalité: pour les professionnels, le TURPE change selon les moments de l’année, les jours et les heures.
Bon à savoir

Le TURPE n’est pas une dépense à négliger. Pour certaines entreprises, il correspond à 40% du montant de la facture d’électricité. Pour minimiser cette dépense, il peut être bon de faire un point avec un courtier en énergie, comme Opéra Energie. En effet, il existe des possibilités d’optimisation du TURPE. Nos conseillers sont joignables au 04 26 22 93 92

Le poids des taxes sur l’énergie

Les taxes et contributions de vos factures d’électricité sont obligatoires et fixées par les pouvoirs publics. Elles sont entièrement reversées aux organismes publics et collectivités locales. Ces quatre taxes sont :

  • La Contribution au Service Public de l’Électricité : La CSPE finance les surcoûts de production dans les zones non interconnectées au réseau électrique métropolitain continental mais aussi les politiques de soutien aux énergies renouvelables, les dispositifs de solidarité ainsi que le budget du Médiateur National de l’énergie. Le montant de la Contribution au Service Public de l’Électricité (CSPE) est directement lié à la consommation. Sa valeur n’a cessé d’augmenter ces dernières années, et ce très fortement.  En 2002, elle présentait un montant de 3€/MWh ; en 2018, elle s’élève à 22,50€/MWh.
  • Les TICFE ou Taxes sur la Consommation Finale d’Électricité : La TICFE est composée de deux taxes, la Taxe Communale sur la Consommation Finale d’électricité et la Taxe Départementale sur la Consommation Finale d’électricité. Leurs montants dépendent à la fois du secteur où elles sont appliquées et du profil du consommateur ainsi que de la puissance de compteur : elles ne concernent que les entreprises ayant une puissance souscrite inférieure à 250 kVA.
  • La Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA) : La CTA est fixée par arrêté ministériel. Il s’agit d’un pourcentage du prix d’acheminement qui contribue au financement de la retraite des salariés des sociétés du réseau de transport et de distribution. Dans le cadre de l’électricité, le montant du CTA, calculé sur la part fixe du TURPE, dépend de l’option tarifaire choisie (tarif heures pleines/heures creuses ou tarif de base) et de la puissance souscrire.
  • La Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) : Elle se répercute sur l’acheminement, l’électricité proprement dite (l’électron) et les taxes spécifiques à l’électricité. Le taux de TVA varie en fonction de la puissance souscrite et de la partie de la facture.

Les consommateurs ayant une puissance souscrite inférieure à 36 kVA bénéficient d’un taux réduit de 5,5 % sur la part fixe de l’acheminement et la CTA ; un taux de TVA normal de 20 % est, en revanche, appliqué à la consommation réelle et aux différentes taxes (CSPE et TCFE). Pour les consommateurs ayant une puissance souscrite supérieure à 36 kVA, un taux normal de 20 % est appliqué sur l’ensemble de la facture.

Comme pour le TURPE, il est possible d’optimiser fiscalement les taxes sur l’énergie. Certaines entreprises peuvent bénéficier d’une exonération de CSPE, par exemple. Pour faire un point sur votre contrat d’énergie, n’hésitez pas à contacter Opéra Energie.  Nos conseillers vous aideront à estimer votre facture et regarderont les différentes stratégies d’optimisation.  

Comment réaliser une estimation de la facture d’électricité ? 

Il existe plusieurs manières de procéder à une estimation de la facture. Le plus simple reste bien souvent de se baser sur l’historique des consommations. Mais, si votre entreprise est jeune ou que vous préparez un déménagement, vous n’aurez pas forcément accès au suivi de consommation. Voyons ensemble comment faire. 

Calculer sa consommation avec ses factures

En reprenant vos factures, vous pouvez estimer rapidement votre consommation. Si vous avez opté pour un mode de facturation au réel, il vous suffit d’additionner la consommation inscrite sur chaque facture, sur une période d’un an, pour estimer votre consommation annuelle

Si vous avez choisi la mensualisation, votre fournisseur se chargera de réaliser une estimation et de vous proposer ensuite un échéancier. Il vous suffira de vous reporter à votre facture de régularisation, la dernière facture de l’année, pour connaitre le montant exact de votre consommation. 

Linky et autres outils de suivi de consommation

Pour les entreprises équipées du compteur Linky, il est possible de suivre sa consommation depuis l’espace client Enedis. Simplement, le suivi ne sera fait qu’en kWh. 

Votre opérateur, avec votre accord, peut reprendre les données de suivi de Linky pour les intégrer dans votre espace professionnel. Vous pourrez lors avoir accès à un suivi de consommation en euros.

Bien souvent, les fournisseurs d’électricité l’assortissent de conseils pour faire des économies d’énergie

A noter : Le meilleur moyen de réaliser des économies d’énergie dans vos locaux reste bien souvent d’entamer des travaux de rénovation thermique et d’isolation. Vous pouvez les faire financer par le dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE). En effet, les fournisseurs proposent des primes énergies, telles que la Prime Énergie EDF, la Prime Énergie Engie, La Prime Énergie Leclerc, etc. Le montant varie selon le fournisseur choisi. Pensez à contacter Opéra Energie pour comparer les primes énergies.

Déménagement pro : estimer sa consommation 

Lorsque vous déménagez, il n’est pas possible de vous baser sur l’historique des consommations pour estimer votre facture d’électricité. En effet, de nombreux critères influent sur votre consommation, comme : 

  • la surface de vos locaux ; 
  • la qualité de l’isolation ; 
  • le nombre de salariés de votre entreprise ; 
  • les équipements utilisés (ordinateur, caisse enregistreuse, four à pain, ampoules LED, etc.) ; 
  • Le mode de chauffage (électrique, au gaz ou autre) ; 
  • Les heures d’ouverture des locaux, etc. 

Au vu de tous ces critères le calcul peut vite s’avérer fastidieux. C’est pourquoi, le mieux reste de passer par un comparateur d’électricité. En se basant sur les critères inhérents à vos locaux professionnels ou bureaux, cet outil de simulation réalisera pour vous une estimation de votre consommation d’entreprise. Il sélectionnera ensuite les offres d’électricité les moins chères pour vous. Le recours au simulateur est gratuit et sans engagement. 

Estimer sa facture d’électricité : quel intérêt pour un pro ? 

Comprendre sa facture et bien connaitre sa consommation octroient certains avantages pour les professionnels. Ainsi, ils peuvent :

  • déterminer le meilleur abonnement et la meilleure option tarifaire ; 
  • repérer plus facilement des erreurs de facturation ou des surconsommations. 

Estimation de consommation et choix de l’abonnement  

L’abonnement est la partie fixe de votre facture électrique. Il est déterminé par deux variables : 

  • la puissance de soutirage désirée en kVA ; 
  • l’option tarifaire choisie (base, heures pleines/heures creuses, horosaisonnalité, etc.). 

Plus votre consommation est importante, plus la puissance de soutirage augmente, plus l’abonnement est cher. D’où l’intérêt de bien estimer votre consommation. 

En effet, une puissance de soutirage trop élevée se traduira par une hausse la facture. A l’inverse, une puissance trop faible pourra entrainer : 

Repérer les soucis de facturation 

Procéder à une estimation de consommation électrique, permet d’établir un budget énergie pour votre entreprise. C’est une manière de mieux suivre vos dépenses.  Ainsi, si la consommation explose d’une facture à l’autre, vous saurez le repérer facilement. Plusieurs raisons peuvent induire une augmentation des factures, parmi lesquelles : 

  • Une erreur de la part du fournisseur. Dans ce cas là, il faudra le contacter pour lui demander de procéder à une facture rectificative ; 
  • Le défaut d’un appareil électrique. Un frigidaire qui surconsomme, une imprimante en mauvais état, etc. peuvent faire grimper en flèche vos consommations. Il vous faudra alors repérer l’objet défectueux ;
  • Une défaillance du compteur électrique. Il faudra alors demander à Enedis de vérifier le bon état de l’appareil et de le remplacer en cas de dysfonctionnement. 
  • Un vol d’électricité. Cette dernière situation est extrêmement rare. Elle implique le branchement d’un tiers sur votre compteur.  Dans ce cas-là, il faut immédiatement prévenir Enedis. Enedis pourra ensuite porter plainte pour vol d’énergie contre les fraudeurs. 

Suivre sa consommation d’électricité peut se faire facilement et vous permet d’éviter de nombreux problèmes de surfacturation.