Un fournisseur de gaz pro spécialisé pour les industries aura développé des offres de fourniture adaptées à des profils de consommateurs dits T3 ( consommation annuelle comprise entre 300 MWh) et T4 (consommation annuelle supérieure à 5 GWh).

Le gaz, une énergie primordiale pour les industriels français

Pour une industrie, le gaz ne sert en effet pas qu’au seul chauffage ; il rentre dans les process de production qui qui exigent de la vapeur, de l’eau bouillante, des températures élevées ou du froid. L’industrie française consomme ainsi plus d’1/4 de la consommation totale de gaz du pays soit 167 TWh en 2016. La demande de gaz pour l’industrie se répartit entre la consommation des clients industriels directement raccordés aux réseaux de transport de gaz de GRTgaz et Teréga et celle des clients industriels raccordés aux distributions publiques de GRDF et des entreprises locales de distribution (ELD).

Les sites gazo-intensifs

En France, 5 filières industrielles sont particulièrement énergivores :

  • L’industrie du papier et carton
  • L’industrie agro-alimentaire
  • L’industrie du caoutchouc, plastique, et autres produits minéraux non métalliques
  • La métallurgie
  • L’industrie chimique

Elles totalisent à elles seules 85 % de la consommation d’énergie totale du secteur, avec le gaz en premier poste de dépense.

Absorbant 40 % de la demande gazière industrielle, l’industrie chimique est celle qui paye la facture la plus lourde, aux environs de 2Md€. Le gaz n’est pas qu’un combustible mais bien une matière première, notamment pour la chaîne de l’éthylène. Si bien que cette énergie représente, grosso modo, entre 15 et 20% de ses prix de revient.

Zoom sur le marché unique du gaz en France

La Commission de régulation de l’énergie a annoncé la création d’une zone de marché unique du gaz en France au 1er novembre 2018, à prix unique sur tout le territoire.

Conséquence ?

  • Un prix du gaz unique en France avec la disparition des « spreads Nord-Sud »
  • Un marché français plus liquide, moins volatile, plus compétitif
  • Une sécurité d’approvisionnement renforcée grâce à un marché mieux intégré au marché européen

Par ailleurs, cette zone unique implique la fin de l’application du statut de gazo-intensif pour la redistribution des excédents d’enchères de capacités ; toutes les quantités livrées sans exclusion donneront lieu à redistribution.

Comment choisir un fournisseur pour une industrie ?

Pour trouver un fournisseur de gaz adapté à votre industrie, vous devez prendre en compte plusieurs éléments de votre entreprise :

  • Votre consommation de gaz ;
  • la qualité du service client désiré ;
  • le prix du kWh de gaz et de l’abonnement ;
  • La provenance du gaz.

En faisant appel à un courtier en énergie, comme Opéra Energie, vous pourrez choisir le meilleur fournisseur de gaz.

Le biométhane, un gaz durable pour l’industrie

La transition énergétique fait partie des enjeux les plus importants pour l’industrie. En choisissant du biométhane, ces dernières peuvent décider d’impulser le développement d’un gaz vert produit en France. Pensez à en faire part au courtier au moment de lancer la comparaison des fournisseurs de gaz pour l’industrie.

Industries, pensez à l’interruptibilité !

Le décret du 8 avril 2022 vient favoriser la mise en place des opérations de déléstages pour les industries consommant plus de 5 GWh de gaz par an. Le délestage est une obligation réglementaire. Il n’est pas assorti d’avantages financiers.

Pour soulager le réseau et profiter de contreparties, les sites industriels peuvent choisir de mettre en place des dispositifs d’interruptibilité. Cela est mis en place sur la base du volontariat. L’industrie signe un contrat avec GRDF, le gestionnaire du réseau de distribution de gaz . Comme l’explique GRDF, ce contrat « oblige principalement le client à diminuer sa consommation en dessous de la Consommation Journalière Plafond (CPL) souscrite au Contrat, dans les 24h suivant un Ordre d’Activation émanant de GRDF, et pour une durée maximale de 240h dans l’année. » En échange, l’industrie pourra demander une réduction ou d’une suppression de la compensation stockage.