De nombreuses entreprises souhaitent s’engager dans la transition énergétique et optent pour l’installation de panneaux solaires. Ce faisant, ils convertissent leurs bureaux ou locaux professionnels en bâtiments photovoltaïques. Plus concrètement qu’est-ce qu’un bâtiment photovoltaïque ? Combien coûte-t-il ? Est-ce rentable ? Ce guide vous présente les différents types de bâtiments solaires et leurs modalités d’installation.

Un bâtiment photovoltaïque, qu’est-ce que c’est ?

Comme son nom l’indique un bâtiment photovoltaïque est un édifice recouvert de panneaux solaires. Ces panneaux photovoltaïques reçoivent la lumière du soleil et génèrent un courant continu. Celui-ci est transformé en courant alternatif par un onduleur.

Le bâtiment peut ainsi produire de l’électricité d’origine renouvelable en autoconsommation. Cela lui permet de couvrir une partie de sa consommation. L’électricité verte non utilisée est réinjectée dans le réseau d’Enedis (ex-ERDF), le gestionnaire du réseau de distribution électrique. Il alimente ainsi les autres bâtiments aux alentours dans une logique de circuit court.

Bâtiment photovoltaïque : les différents types d’installations

Les bâtiments photovoltaïques peuvent prendre divers aspects. En fonction de votre activité, plusieurs types d’installations solaires peuvent vous êtes proposés.

Le hangar photovoltaïque : un bâtiment solaire agricole ou industriel

Le hangar photovoltaïque est un bâtiment de stockage. Ce système est très plébiscité dans le milieu agricole. L’installation de panneaux solaires et la revente de l’électricité permet de financer la construction d’un hangar neuf ou de rentabiliser des bâtiments existants. Sur le long terme, les exploitants agricoles peuvent générer de nouveaux revenus et réduire leur facture d’électricité.

Bâtiment avec toiture photovoltaïque pour les entreprises et collectivités

Les entreprises et collectivités peuvent elles aussi installer des panneaux solaires en autoconsommation sur leur toit. Ils peuvent couvrir ainsi une grande partie de leurs besoins en électricité. Afin de valoriser les places de stationnements, ces structures peuvent aussi mettre en place des ombrières solaires.

Immeuble photovoltaïque : l’autoconsommation en copropriété 

Installer des panneaux solaires en copropriétés permet de faire baisser les charges locatives d’un immeuble. Comme le souligne Engie « en moyenne, on estime que les propriétaires de panneaux solaires autoconsomment 30% de l’électricité qu’ils produisent. » En outre, la pose de panneaux photovoltaïques fait prendre de la valeur aux logements.

Bâtiment photovoltaïque : comment installer des panneaux solaires sur une toiture professionnelle ?

Analyser la faisabilité du projet

Tous les bâtiments ne peuvent pas supporter la pose de panneaux solaires. C’est pourquoi, il faudra réaliser un diagnostic pour évaluer la robustesse de votre toiture. C’est ce qu’explique le fournisseur Butagaz « La structure du bâtiment doit être assez résistante pour supporter l’installation des panneaux solaires, soit une charge supplémentaire d’environ 20kg/m². Il faut pour cela réaliser un diagnostic de structure, qui coûte entre 1000 et 5000 euros et est réalisé par un installateur expert ayant des compétences de charpentier ou couvreur, ou bien par un bureau d’étude structure. »

Bon à savoir : Toiture photovoltaïque et désamiantage

Dans les bâtiments construits avant 1994, on utilisait souvent de l’amiante. Pour poser des panneaux solaires, il faudra donc engager un désamiantage du toit. Certains installateurs l’incluent dans leur prestation quand d’autres non. Afin d’éviter les frais supplémentaires, vérifiez toutes les mentions du devis avant de lancer les travaux.

Dimensionner son bâtiment photovoltaïque

Une fois que l’entreprise est sûre de pouvoir installer des panneaux solaires, il faudra dimensionner le projet en fonction notamment :

  • de votre budget ;
  • de vos besoins en consommation ;
  • de la superficie disponible.

Cela implique en général l’accompagnement par un expert photovoltaïque. Celui-ci vous expliquera également les modalités de financement et vous aidera dans vos démarches administratives (déclaration de travaux, demande de permis de construire, etc.). Le recours à un expert permet de bénéficier d’un bâtiment photovoltaïque clé en main. C’est souvent une solution à privilégier.

Choisir le type de pose

Après avoir dimensionné le projet, vous pouvez lancer les travaux. Votre installateur vous proposera deux types de poses :

  • En surimposition. Les panneaux solaires sont posés au-dessus de la toiture. C’est la solution la plus simple et la moins coûteuse ;
  • En intégration au bâti. C’est plus esthétique. En général, on privilégie cette solution lorsque l’on entame une rénovation totale de la toiture ou en construction neuve.

Raccordement et obtention du certificat Consuel

Pour produire et consommer de l’électricité, le bâtiment photovoltaïque doit être raccordé au réseau d’Enedis. Afin de garantir la sécurité des usagers un contrôle de l’installation électrique est réalisé par le Consuel. Une fois l’attestation Consuel obtenue, on peut mettre en service sa centrale solaire.

Bâtiment photovoltaïque : combien cela coûte-t-il ?

Le prix d’un bâtiment photovoltaïque dépend de plusieurs éléments :

  • la puissance de la centrale en kilowatts-crêtes (kWc). Il faut compter environ 8m2 de surface pour 1 kWc ;
  • la qualité des panneaux solaires ;
  • les tarifs pratiqués par l’installateur.

En moyenne, il faut compter environ 30 000 € pour une installation de 25 kWc.

Combien d’années pour amortir un bâtiment photovoltaïque ?

Cela dépend de votre projet et de sa rentabilité. En général, il faut entre 7 et 10 ans pour rentabiliser son bâtiment photovoltaïque. C’est donc un investissement de moyen terme. Celui-ci s’accompagne de bénéfices sur le court terme comme le long terme. Comme le rappelle EDF ENR, « les panneaux solaires génèrent de nouveaux revenus durables sur 20 ans et une image d’entreprise responsable en matière sociétale et environnementale (RSE) ! ».

Bâtiment photovoltaïque : comment financer son projet ? 

Malgré tous les atouts que cela présente, la mise en place d’un bâtiment solaire représente un investissement pour une entreprise ou une collectivité. Il existe plusieurs façons de financer un bâtiment photovoltaïque.

Les aides pour un bâtiment photovoltaïque

La prime à l’autoconsommation permet de prendre en charge une partie des travaux liés à l’installation de panneaux solaires. Son montant dépend de la puissance nominale installée :

  • Pour une installation solaire d’une puissance comprise entre 9 kWc et 36 kWc, l’entreprise recevra 170 € par kWc.
  • Pour une puissance comprise entre 36 kWc et 100 kWc, l’aide sera de 80 € par kWc.

Afin d’en bénéficier, il faudra passer par installateur RGE (reconnu garant de l’environnement).

Electricité verte : vente totale ou vente avec surplus ?

Pour financer vos panneaux solaires vous pouvez revendre l’électricité produite à un fournisseur d’énergie. Les contrats de vente d’électricité sont conclus pour une durée de 20 ans en obligation d’achat (OA Solaire). Le tarif de rachat est fixé par l’Etat de manière trimestrielle.

Puissance installation solaireTarif d’achat par kWh pour la vente totaleTarif d’achat par kWh pour la vente avec surplus
Inférieure ou égale à 3 kWc0,1789 €0,10 €
Inférieure ou égale à 9 kWc0,1521 €0,10 €
Inférieure ou égale à 36 kWc0,1089 €0,06 €
Inférieure ou égale à 100 kWc0,0947 €0,06 €
Inférieure ou égale à 500 kWc0,098 € / kWh 0,098 € / kWh
Tarif d’achat de l’électricité produite en autoconsommation au troisième trimestre 2021

Bon à savoir : fin du cumul des aides à l’autoconsommation depuis 2021

L’arrêté du 6 octobre 2021 met fin à la possibilité de cumuler le tarif de rachat solaire avec les aides à l’autoconsommation. Comme le stipule le cadre réglementaire : « le producteur ne peut pas cumuler pour une même installation les primes et tarifs prévus à l’article 8 avec un autre soutien public financier à la production d’électricité, provenant d’un régime d’aides local, régional, national ou de l’Union européenne ». Sur le long terme, il est souvent préférable d’opter pour la revente du surplus.

Caroline Dusanter
Caroline Dusanter

Diplômée d’un Master 2 du CELSA-Paris Sorbonne, Caroline s’est lancée comme rédactrice et chargée de communication éditoriale indépendante en 2017. Intéressée par les problématiques liées à la transition énergétique et à la mobilité, elle travaille avec Opéra Énergie depuis 2019.

Experte sur les problématiques liées à l'énergie et la rénovation énergétique, elle ambitionne à travers ses articles de faire de la pédagogie sur le marché du gaz et de l’électricité, en constante évolution.