Le dispositif des CEE (certificats d’économies d’énergie) permet aux entreprises de bénéficier d’aides financières pour réaliser des travaux de rénovation énergétique. Plus largement, ce programme est l’un des principaux utilisés pour favoriser la transition énergétique. Mais les « obligés » ont plusieurs moyens pour récupérer des CEE et atteindre les objectifs fixés dans la 5ème période. Parmi eux : les programmes CEE. Contrairement aux travaux encouragés, ces programmes se centrent davantage sur un accompagnement. Voici ce qu’il faut savoir.

Qu’est-ce qu’un programme CEE ?

Programme cee

Les CEE (certificats d’économies d’énergie) ont vu le jour en 2006 en France, dans le cadre de la loi de Programmation fixant les orientations de la politique énergétique (Loi POPE). Nous sommes actuellement dans la 5ème période des CEE, qui s’étend du 1er janvier 2022 au 31 décembre 2025.

Comment les obligés peuvent obtenir des CEE ?

Plusieurs méthodes existent pour pouvoir bénéficier des CEE :

  • inciter les particuliers, les copropriétés et les entreprises à réaliser des opérations standardisées d’économies d’énergie ou des opérations spécifiques ;
  • acheter des CEE sur le marché dédié ;
  • financer des programmes CEE ;
  • réaliser des travaux d’économies d’énergie pour leur propre compte.

Bon à savoir

Ces derniers regroupent des opérations menées en faveur des économies d’énergie mais qui ne rentrent pas dans les deux autres catégories. Ces actions sont éligibles aux CEE et concernent des programmes qui n’entrainent pas directement des gains d’efficacité énergétique.

Quelles sont les opérations concernées ?

Selon l’article L. 221-7 du code de l’énergie, seules certaines opérations peuvent mener à la délivrance de CEE. Contrairement aux travaux de rénovation énergétique par exemple, le programme CEE concerne des actions qui n’entraînent pas de gain énergétique direct. Quelles sont les actions qui rentrent dans le cadre des programmes CEE ? Voici la liste :

  • les programmes de bonification des opérations de réduction de la consommation énergétique des ménages les plus défavorisés (CEE précarité) ;
  • les programmes d’information, de formation ou d’innovation favorisant les économies d’énergie ou portant sur la logistique et la mobilité économes en énergies fossiles ;
  • les fonds de garantie pour la rénovation énergétique mentionné à l’article L.312-7 du code de la construction et de l’habitation ;
  • les programmes d’optimisation logistique dans le transport de marchandises de la part des chargeurs, tels que le recours au transport mutualisé ou combiné et le recours au fret ferroviaire et fluvial ;
  • les programmes de rénovation des bâtiments au bénéfice des collectivités territoriales ;
  • les missions d’accompagnement des consommateurs mentionnées à l’article L. 232-3 du présent code.

Pour chaque programme CEE, un arrêté du ministère en charge de l’énergie est publié au Journal Officiel. Cela permet :

  • un encadrement complet notamment via un facteur de proportionnalité suffisamment exigeant ;
  • mais aussi une participation de l’État à la gouvernance des programmes ;
  • et une limite du nombre de certificats obtenus.

Comment bénéficier des CEE en finançant les programmes éligibles ?

Les obligés ou les éligibles qui financent partiellement les programmes CEE reçoivent des CEE. Plus précisément, les acteurs qui contribuent au financement des programmes reçoivent des kWh cumac pour chaque euro investi.

Les conditions de délivrance sont fixées par un arrêté du Ministère de la Transition Énergétique.

Les différents programmes CEE

En mai 2023, le ministère de la Transition énergétique publiait une liste des programmes CEE. Au 1er janvier 2023, on recensait 43 programmes CEE. Ces derniers sont rangés dans plusieurs catégories que voici ainsi que plusieurs exemples :

  • le bâtiment : 16 programmes

3 programmes dans bâtiment formation (ex : FEEBAT)

3 programmes dans bâtiment innovation (ex : Bail Renov’)

7 programmes dans bâtiment massification (ex : OSCAR)

3 programmes dans bâtiment précarité (ex : Toit d’abord)

  • les publics scolaires : 1 programme (Watty & Moby)
  • les TPE/PME – PMI : 2 programmes (ex : baisse les watts)
  • le numérique : 1 programme (ex : Alt Impact)
  • le transport : 21 programmes (ex : O’Vélo !, ADVENIR PLUS ou MOB E)

Baisse les Watts : un exemple de programme CEE pour comprendre

Prenons un programme CEE comme exemple : Baisse les Watts. Ce dernier s’adresse aux TPE/PME-PMI de différents secteurs. Il s’agit d’un accompagnement pour ces professionnels : d’abord à comprendre leur consommation d’énergie ; mais aussi via la délivrance de conseils et même de formations.

Un Carnet de bord énergie est proposé et dispense des conseils sur les écogestes à mettre en place ou les actions à réaliser pour réduire sa consommation énergétique. Chaque Fiche Action permet d’estimer la quantité d’énergie économisée. Des conseillers sont également à l’écoute pour aider les entreprises à comprendre le programme mais aussi définir les actions à mettre en place.

Enfin, les formations permettent d’aller plus loin. En présentiel ou à distance, elles expliquent les enjeux énergétiques propres à chaque filière mais proposent également différents leviers pour réduire sa consommation et donc sa facture !

7 nouveaux programmes CEE en 2024

Pour renforcer les efforts de sobriété énergétique et évaluer l’impact des aides apportées par les Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) sur la réduction des consommations, Bruno le Maire, Ministre de l’économie et Roland Lescure, Ministre de l’Industrie, ont lancé de nouveaux programmes CEE en avril 2024 :

  1. Watt Watchers : Ce programme accompagnera 600 000 ménages dans une démarche de sobriété énergétique et évaluera les économies d’énergie à grande échelle en utilisant les données des compteurs communicants.
  2. CUBE Logement, qui vise à combiner la mesure de la performance énergétique et économique avec l’accompagnement des résidences collectives dans leur démarche de sobriété. Il inclura un concours ludique visant à réduire les consommations d’énergie et les émissions de CO2 entre les résidences.
  3. ECONOMEE : Ce programme mesurera les économies d’énergie issues de travaux de rénovation énergétique et aidera les ménages à éviter l’effet rebond grâce à l’intégration de compteurs intelligents et de thermostats connectés. Il mènera également une étude de faisabilité pour un modèle d’assurance garantissant les économies d’énergie après les travaux de rénovation.
  4. Bungalow 2 : Ce programme visera à accompagner plus de 90 établissements hôteliers en Outre-mer avec un objectif minimum de 15 % d’économies d’énergie.

En plus de ces quatre programmes, trois autres projets lauréats sont également mentionnés :

  1. Digilog : Ce projet vise à améliorer la performance de la logistique urbaine.
  2. ENERSOL : Ce projet fournira des outils et un accompagnement aux agriculteurs souhaitant réduire leurs factures d’énergie en s’engageant dans une démarche d’économies d’énergie.
  3. Mob’Sport : Ce projet encouragera les sports professionnels et amateurs à adopter une mobilité durable et décarbonée.

Obtenir des CEE autrement


Comme expliqué en amont ces programmes CEE ne sont pas le seul moyen pour les professionnels de bénéficier des CEE.

Les entreprises peuvent décider d’agir directement sur leur consommation, en réalisant certains travaux éligibles aux CEE comme :

  • l’isolation ;
  • les travaux de rénovation thermiques (remplacement d’un système de chauffage, installation d’une pompe à chaleur (PAC) ;
  • ou le remplacement d’équipements énergivores (machines industrielles, machines agricoles, etc.)

Tous les secteurs sont éligibles, tertiaire, industriel, agricole, des transports ou encore le résidentiel collectif. Les travaux peuvent être financés par le biais d’une prime énergie proposée par un obligé CEE ou un délégataire CEE. Les grandes entreprises peuvent valoriser les CEE directement sur un marché spécialisé.

Bon à savoir

L’aide CEE peut être cumulée avec d’autres dispositifs destinés aux professionnels comme le Prêt-éco énergie (PEE) par exemple. Les pros peuvent également bénéficier d’aides de l’Ademe (Agence de la transition écologique) ou d’aides fiscales.

Caroline Dusanter
Caroline Dusanter

Diplômée d’un Master 2 du CELSA-Paris Sorbonne, Caroline s’est lancée comme rédactrice et chargée de communication éditoriale indépendante en 2017. Intéressée par les problématiques liées à la transition énergétique et à la mobilité, elle travaille avec Opéra Énergie depuis 2019.

Experte sur les problématiques liées à l'énergie et la rénovation énergétique, elle ambitionne à travers ses articles de faire de la pédagogie sur le marché du gaz et de l’électricité, en constante évolution.