Réduire la consommation énergétique des bâtiments devient un véritable enjeu. Pour ce faire, certains systèmes de monitoring permettent une gestion plus simple, avec des équipements mieux gérés. Les objectifs sont multiples. Avec une meilleure efficacité énergétique, ils garantissent une réduction de la consommation et donc des factures. Ils offrent également un confort plus important pour les occupants. Deux outils de pilotage énergétique peuvent permettre une optimisation de sa consommation : la GTB, la gestion technique d’un bâtiment et la GTC, la gestion technique centralisée. Elles peuvent servir à des entreprises à se mettre en conformité avec le décret tertiaire.

GTB et GTC : définitions

La GTB et la GTC permettent la gestion technique d’un bâtiment, qui devient ainsi de plus en plus intelligent. On parle alors souvent de smart building. La différence entre les deux relève de la gestion de tous les équipements du bâtiment ou uniquement d’une partie déterminée.

Qu’est-ce que la gestion technique du bâtiment (GTB) ?

La GTB, la gestion technique du bâtiment ou BMS en anglais (Building Management System) est plus large et comprend la gestion technique centralisée. Également appelée solution immotique, elle permet de contrôler l’ensemble des équipements et donc l’ensemble des process, à savoir :

  • l’éclairage,
  • les équipements électriques (electroménagers, ascenseurs, etc.)
  • les CVC (chauffage ventilation climatisation),
  • la plomberie (pompe de relevage, cuve, etc.)
  • les dispositifs de sécurité (alarmes, vidéos surveillances).

Cela permet donc, en plus de surveiller l’ensemble, de les optimiser au maximum. Un logiciel de supervision peut être installé pour tout contrôler à distance, ainsi que plusieurs automates, à différents endroits. L’objectif reste toujours la génération d’économies d’énergie. Les bâtiments tertiaires sont souvent les plus concernés.

Son fonctionnement repose sur l’automatisation et sur un réseau. Un logiciel de supervision ou logiciel de gestion enregistre les consignes, qui seront ensuite transmises à un automate. Puis la commande sera appliquée en fonction des éléments enregistrés par les capteurs.

Qu’est-ce que la gestion technique centralisée (GTC) ?

La GTC est la gestion technique centralisée d’un bâtiment. Elle permet de piloter un certain type d’installations énergétiques. Pour la GTC électricité, cela peut permettre de gérer l’éclairage, la détection de présence ou encore la consommation d’électricité, via la lecture d’informations.

Ces systèmes de management de l’énergie, grâce à la transmission d’informations en temps réel peuvent adapter la consommation de l’entreprise et lui permettre de réaliser des économies d’énergie. D’autant que plusieurs GTC peuvent être installées dans une même entreprise, pour contrôler plusieurs secteurs comme les systèmes de chauffage ou de climatisation.

Bien faire la différence entre GTB et GTC

Au vu des définitions présentées, il est plus simple de faire la différence entre GTB et GTC.

Un périmètre différent d’intervention

La GTC va permettre de piloter des systèmes à un niveau micro. Elle s’occupe par exemple uniquement du chauffage ou de l’éclairage. A l’inverse, la GTB concerne davantage les consommation de l’entreprise au niveau macro. Elle va permettre de piloter plusieurs systèmes à la fois.

Un fonctionnement différent ?

Si les périmètres d’intervention sont différents, la GTB et la GTC fonctionnent sensiblement de la même manière. Elles vont collecter des données de consommation sur divers dispositifs grâce à des capteurs intelligents. Ces données sont ensuite analysées par un logiciel d’energy management pour permettre à l’entreprise d’analyser les dérives de consommation et d’optimiser son efficacité énergétique.

Des dispositifs complémentaires et interconnectés

Malgré leurs différences, la GTC peut être considérées comme un système qui permet d’alimenter une GTB. L’une et l’autre fonctionnent de manière complémentaire. Elles permettent d’analyser des données au niveau micro mais aussi de mieux comprendre le panorama de consommation dans lequel évolue l’entreprise.

Quels sont les avantages de la GTB et de la GTC ?

Qu’importe l’activité hébergée par le bâtiment, l’installation d’une GTB ou d’une GTC présente plusieurs avantages. Dans les deux cas, une gestion technique optimisée du bâtiment va en découler.

1. La réalisation d’économies d’énergie

Comme expliqué plus haut, le principal avantage de ces installations reste une optimisation de la consommation d’énergie, avec souvent une réduction possible. Les entreprises peuvent ainsi faire baisser leur facture d’électricité et/ou de gaz. Ce poste de dépense étant important, cela devient un levier de compétitivité pour les professionnels.

2. La baisse des coûts de maintenance

En plus, cela peut permettre d’augmenter la durée de vie des équipements, en les contrôlant mieux et en anticipant certaines pannes. Cela permet, dans le même temps, de réduire les coûts de maintenance.

3. Une amélioration du confort et de la sécurité

Dans certains cas, notamment dans le cas d’un contrôle d’alarme classique et/ou d’incendie, la mise en place d’un système GTB ou GTC permet d’assurer une meilleure sécurité des personnes, en plus d’améliorer leur confort.

4. Une amélioration de l’empreinte carbone

Enfin, diminuer sa consommation d’énergie permet une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Pour les entreprises, c’est un moyen de diminuer leur bilan carbone et de s’engager vers la neutralité carbone. De ce fait, elles peuvent améliorer leur image de marque et respecter leurs engagements RSE.

Une obligation du décret BACS

La Gestion technique du bâtiment fait partie des obligations mises en place par le décret BACS (Building Automation & Control Systems), publié à l’été 2020. Son objectif est une amélioration de la performance énergétique des bâtiments et notamment ceux du secteur tertiaire, un des plus gros émetteurs de gaz à effet de serre (GES).

Ainsi, des systèmes de GTB doivent être mis en place dans les bâtiments tertiaires de plus de 5 000m2 avant le 1er janvier 2025. Cela vaut pour ceux déjà bâtis mais également pour les bâtiments neufs, pour les permis de construire déposés dès juillet 2021.

L’objectif de ce décret est d’atteindre les objectifs du décret tertiaire, ou Dispositif Eco Efficacité Tertiaire (DEET). Il concerne les bâtiments ou locaux d’activité à usage tertiaire ayant une surface d’exploitation supérieure ou égale à 1 000 m2.

Quel est le prix d’une GTB ?

L’installation d’un système GTB coûte en moyenne 25 €/m2. Ce système peut rapidement être rentable et permettre de faire des économies d’énergie de l’ordre de 10 à 20 %.

Quelles sont les aides pour financer la mise en place d’une GTB ?

Malgré les avantages qu’il procure, aujourd’hui, seuls 2 % des bâtiments tertiaires utilisent un système de GTB. Pour en faciliter le déploiement dans une entreprise, il est possible de demander un financement par le biais des CEE (Certificats d’Economies d’Energie). Les conditions d’obtention de l’aide sont exposées dans la fiche d’opération standardisée : BAT-TH-116. En respectant les préconisations de l’Ademe, vous pourrez demander la prime énergie.

Cette prime CEE pour l’installation ou l’amélioration d’une GTB est valable jusqu’au 31 décembre 2023.

Quel est le montant de la bonification pour l’installation d’une GTB ?

  • La prime est multipliée par 2 pour l’installation d’une GTB ;
  • La prime est multipliée par 1,5 pour l’amélioration d’un système de GTB existant.
Caroline Dusanter
Caroline Dusanter

Diplômée d’un Master 2 du CELSA-Paris Sorbonne, Caroline s’est lancée comme rédactrice et chargée de communication éditoriale indépendante en 2017. Intéressée par les problématiques liées à la transition énergétique et à la mobilité, elle travaille avec Opéra Énergie depuis 2019.

Experte sur les problématiques liées à l'énergie et la rénovation énergétique, elle ambitionne à travers ses articles de faire de la pédagogie sur le marché du gaz et de l’électricité, en constante évolution.