La facture d’électricité est parfois l’un des postes de dépenses les plus importants pour une entreprise. Et, quand on est un professionnel, il est tout à fait naturel de vouloir mieux maîtriser son budget énergie. Mais alors, comment réduire sa facture d’électricité pro ? Quels sont les leviers d’actions ?

Réduire sa facture d’électricité pro : bien choisir son contrat d’électricité

La facture d’électricité d’une entreprise se structure en trois grandes composantes :

  • La fourniture, le prix de l’électricité et la rémunération du fournisseur qui correspond à 35% de la facture d’un professionnel avec un compteur d’une puissance inférieure ou égale à 36 kVA (profil tarif bleu) selon la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) ;
  • Les taxes sur l’énergie, qui constituent 33% du montant final ;
  • Les tarifs d’acheminement, le Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Électricité (TURPE), qui représentent 32% de la facture.
Infographie de la répartition des coûts sur une facture d'électricité pro

Déterminer la puissance souscrite

Selon la définition d’Engie, « la puissance souscrite pour un compteur électrique c’est la puissance maximale que votre réseau électrique est techniquement capable de fournir. ». Il s’agit de l’énergie maximale que vous pouvez soutirer au réseau sur un instant T.

Les fournisseurs segmentent leurs offres en trois grandes catégories de consommateurs pro. C’est en fonction de votre puissance de compteur électrique, qu’est déterminé votre profil de consommateur, à savoir :

  • Profil « Tarif Bleu », les professionnels avec un compteur d’une puissance inférieure ou égale à 36 kVA ;
  • Profil « Tarif Jaune », les entreprises avec une puissance comprise entre 36 kVA et 250 kVA ;
  • Profil « Tarif Vert », les industries avec une puissance de compteur supérieur à 250 kVA.

Bien estimer votre puissance de compteur peut donc vous aider à déterminer les offres auxquelles vous avez le droit. De plus cela, impactera :

  • Le montant de l’abonnement à l’électricité, la partie fixe de la facture. Plus vos besoins de puissances sont élevés, plus le tarif de l’abonnement grimpera ;
  • Le prix du kWh. Plus votre puissance est importante, plus celui-ci sera élevé.

Si vous choisissez une puissance supérieure à vos besoins, vous paierez inutilement un abonnement trop cher. A l’inverse, une sous-estimation risque d’entrainer des dépassements de puissance. Cela provoquera des disjonctions ou des pénalités sur la facture.

Pour la choisir correctement, il faut additionner la puissance nécessaire au fonctionnement de tous vos équipements électriques ensemble. Par exemple, si cumulés vos appareils consomment 20 000 kWh, vous devrez souscrire une puissance de 20 kVA.

L’option tarifaire : un vecteur d’économies d’énergie

Le meilleur contrat est celui qui s’ajuste le plus à vos habitudes de consommation. D’où l’importance du choix de l’option tarifaire. Il s’agit des variations du prix du kWh selon les heures ou jours de consommation. En général, les professionnels ont le droit à plusieurs options tarifaires :

  • Base, le prix du kWh reste le même tout le temps ;
  • Heures pleines / heures creuses, le prix du kWh est plus bas 8 heures par jour en général, le soir, la nuit et le matin. Il est plus élevé le reste de la journée. Cette option peut intéresser des pros en horaires décalés, comme les boulangeries-pâtisseries.

Globalement, on considère que l’option heures pleines / heures creuses est plus intéressante si plus de 40% de vos consommations ont lieu en heures creuses. Sinon, l’option base sera plus préconisées.

Ces deux options ne sont pas les seules présentes sur le marché. Avec l’apparition des compteurs connectés Linky, d’autres options tarifaires sont proposées par les fournisseurs. Ainsi certains disposent de contrat avec des prix réduits en été ou en hiver. Cela peut être intéressant pour les entreprises avec des activités saisonnières.

Changer de fournisseur d’énergie

Une fois que vous connaissez vos besoins de puissance et l’option tarifaire qui vous correspond, il devient plus facile de trouver un contrat. Par élimination, vous pouvez faire une sélection d’offres adaptées à votre entreprise.

Pour gagner du temps et trouver le fournisseur le moins cher, le mieux reste de passer par un comparateur d’électricité. Il s’agit d’un outil gratuit mis en place par un courtier en énergie, comme Opéra Energie. Via un formulaire sécurisé, il calculera la puissance nécessaire à votre activité et les options tarifaires qui peuvent vous convenir. Grâce à ces informations, nos conseillers pourront déterminer pour vous les 3 meilleures offres présentes sur le marché.

Consommer moins pour faire baisser sa facture

Pour réduire la facture d’électricité pro, il convient de faire des économies d’énergie. Et c’est souvent plus facile que l’on ne pourrait le croire. En engageant son entreprise dans la transition énergétique, on peut diminuer drastiquement ses consommations. Explications.

Travaux de rénovation énergétique et isolation

Les gaspillages énergétiques pèsent sur la facture d’électricité de l’entreprise. Et c’est parfois dû à un défaut d’isolation. Selon l’Ademe, dans un bâtiment construit, 25% à 30% de la chaleur s’échappe par les combles et 20% à 25% par les murs.

En entamant une rénovation thermique, on peut donc réaliser de belles économies. De plus, vous ferez gagner vos salariés en confort thermique et améliorez les conditions de travail.

Pour savoir quels chantiers prioriser, il est nécessaire de réaliser un audit thermique de l’entreprise. Ensuite, vous pourrez lancer les travaux. Le prix du chantier ne doit pas apparaître comme un frein.

En effet, il existe bon nombre de subventions pour l’isolation et la rénovation énergétique. Dans le cadre du dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE), les fournisseurs d’énergie et les vendeurs de carburant peuvent financer des travaux chez les professionnels et la particuliers. En général, ces offres de financement sont appelées « Prime Energie » suivie du nom du fournisseur. Par exemple, on entend souvent parler de « Prime Energie EDF » ou encore « Prime Energie Leclerc », etc. Toutes les entreprises y sont éligibles. Le montant de la prime varie en fonction des travaux engagés et du fournisseur auquel vous faites appel.

Quelle prime énergie pour mon entreprise ?

Afin de trouver la meilleure Prime Energie, n’hésitez pas à mettre en concurrence les fournisseurs. Vous pouvez en effet choisir la prime énergie de n’importe quel fournisseur, sans modifier votre contrat.

Passer à l’autoconsommation solaire

L’autoconsommation solaire consiste à installer des panneaux photovoltaïques sur le toit ou les parkings d’une entreprise. Ce faisant, elle consomme directement l’électricité qu’elle produit et en soutire moins au réseau.  Mécaniquement elle fait donc baisser sa facture d’énergie pro. D’autre part, elle peut ainsi répondre à des enjeux RSE en verdissant sa consommation.

Enfin, la production photovoltaïque peut se convertir en un revenu pour l’entreprise. Via le tarif de rachat en obligation d’achat, elle peut revendre automatiquement l’électricité non-consommée.

De nombreux acteurs proposent des solutions d’autoconsommation (EDF Enr, ekWateur, Mint Energie, Greenyellow, etc.). Spécialistes des énergies renouvelables, ils vous aideront à bien dimensionner l’installation, à procéder à la pose et à gérer toutes les démarches administratives.

Mettre en place des éco-gestes au bureau

Prendre des bonnes habitudes de consommation permet d’optimiser sa consommation d’électricité et réduire sa facture. Voici quelques gestes faciles à mettre en place qui peuvent faire toute la différence :

  • Les éclairages de ses bureaux ou de ses bâtiments.
    Selon l’Ademe, en France, l’éclairage des bureaux représente une consommation de 6TWh/an. En équipant ses bureaux de luminaires fluorescents électroniques et de capteurs de présence, l’économie d’électricité est de 7,5€ par m2/an !
  • La climatisation et la ventilation.
    En réduisant d’un seul degrés sa climatisation, la consommation de votre équipement réduira de 5 à 10% par an.
  • Le chauffage en hiver mais aussi en été.
    Dans un bâtiment ancien, le chauffage représente 50% des dépenses en énergie. En rénovant vos équipements de chauffage, vous réduirez sensiblement votre facture d’électricité. Même principe que pour la climatisation : en baissant d’1°C vos appareils de chauffage électrique, vous baisserez votre consommation annuelle de 5 à 10%.
  • Tous les équipements électriques de votre site.
    Par exemple, un ordinateur fixe allumé 24h /24 toute l’année coûte 100 € d’électricité par an… Cette indication permet déjà de réaliser des économies d’énergie facilement. Et en privilégiant des appareils multifonctions et collectifs, on réduit sa consommation.
  • Le bâtiment ou local.
    Le coût d’exploitation selon les matériaux et les techniques de construction impacte logiquement la consommation d’énergie. Pour info, les coûts d’exploitation représentent 75% du coût global sur toute la durée de vie d’un bâtiment.

Il s’agit là d’exemples. Il existe bien d’autres gestes à mettre en place dans vos locaux professionnels.

Taxes sur l’électricité : des possibilités d’exonération ?

Les taxes sur l’énergie représentent plus d’un tiers de la facture. Poste incontournable de dépenses, il est pourtant parfois possible de les optimiser.

En effet, certaines entreprises peuvent bénéficier d’un exonération partielle ou totale de Contribution au service public de l’électricité (CSPE). Cette taxe est l’une des plus importantes sur l’électricité. Elle est portée à 22,5 €/MWh. Elle vise à financer le développement des énergies vertes. En cela, elle représente environ 25% de la facture d’électricité d’une entreprise (HTVA).

Afin de savoir si vous êtes éligible aux exonérations, vous pouvez consulter notre formulaire d’exonération ou de taux réduit de CSPE.

Tarifs d’acheminement : comment les optimiser ?

Il est également possible de réduire la part de l’acheminement dans la facture d’électricité. Tout d’abord, il faut savoir que certaines grands groupes peuvent demander un abattement du TURPE. Cela concerne les sites industriels électro-intensifs ou hyper-électro-intensifs, soit 500 entreprises de l’Hexagone.

Au-delà de ça les profils « Tarif jaune » et « Tarif Vert », peuvent l’optimiser en choisissant bien leur version tarifaire du TURPE. La version tarifaire est déterminée par l’usage fait de l’électricité en fonction des moments de l’année.

Ainsi, les entreprises qui optent pour une version longue utilisation (LU) sont celles qui ont des besoins réguliers en électricité, tout au long de l’année. A l’inverse, le choix des versions tarifaires en moyenne utilisation (MU) ou courte utilisation (CU) se prête davantage aux structures professionnelles avec des emplois saisonniers de l’énergie.

En choisissant une version tarifaire correspondant à votre usage de l’électricité, vous minimiserez l’impact du TURPE sur votre facture. En effet, le montant du TURPE évolue selon l’heure et la saison. Il est donc important de réaliser une analyse de vos besoins afin d’anticiper au plus juste vos futures consommations. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter Opéra Energie.