Le compteur triphasé, qu’est-ce que c’est ?

Afin de bien comprendre ce qu’est un compteur triphasé, il convient de voir comment fonctionne l’approvisionnement en électricité d’un bâtiment. Pour alimenter les bureaux et édifices résidentiels, on utilise du courant alternatif.

Selon la définition d’EDF, « un courant est dit alternatif lorsqu’il circule alternativement dans une direction puis dans l’autre à intervalles réguliers appelés cycles. » Il s’oppose ainsi au courant continu qui « s’écoule continuellement dans une seule direction ».

Pour que l’électricité puisse arriver dans un bâtiment, le courant alternatif dispose d’une phase et d’un neutre. Ce sont des fils conducteurs qui permettent la bonne circulation du courant. Au moment de raccorder un bien immobilier au réseau d’électricité, on peut choisir de le brancher en :  

  • Monophasé. Le courant ne dispose que d’une seule phase, et d’un neutre. Un circuit unique alimente l’ensemble des appareils présents dans vos bureaux ;
  • Triphasé : Le branchement implique trois phases, un neutre. L’alimentation électrique est répartie sur 3 circuits.

Le compteur triphasé permet une plus grande puissance de soutirage. C’est pourquoi, en général, les petits professionnels et la majorité des particuliers ne nécessitent qu’un branchement en monophasé. En revanche, les entreprises avec des besoins plus importants en électricité devront opter pour un compteur triphasé pro.

Compteur monophasé ou triphasé : comment les différencier ?

Avant de souscrire une offre d’électricité, il convient de vérifier de quel type de branchement on bénéficie. Pour savoir si l’on est en monophasé ou en triphasé, il faut regarder le nombre de fils électriques dont dispose votre compteur pro.

S’il y a juste 2 fils, il s’agira d’un compteur électrique monophasé. S’il y en a 4, c’est un compteur triphasé.

Vous pouvez également vous fier aux prises. Les prises monophasées, fonctionnant en 230 volts, ont simplement deux trous. Les prises triphasés, qui fonctionnent en 400 volts, disposent de trois ou quatre trous.

Avantages et inconvénients du compteur triphasé pour les professionnels

Une puissance de compteur plus importante

Le compteur monophasé peut supporter une puissance allant jusqu’à 15 kVA. A partir de 18 kVA, il est obligatoire de passer à un compteur triphasé. Cela étant, si les besoins de votre entreprise n’excédaient pas 15 kVA, vous pouvez tout de même opter pour du triphasé.

En effet, certains équipements comme les pompes à chaleur, les fours professionnels ne peuvent fonctionner que sur un branchement triphasé.

C’est aussi pratique si vous avez des locaux sur plusieurs étages. Chaque étage pourra bénéficier d’une sous-alimentation de 5 kVA (dans le cadre d’une puissance souscrite de 15 kVA).

Des risques de disjonction

Le gros inconvénient du triphasé réside dans les risques de disjonction si l’électricité est mal répartie. En effet, c’est un peu comme si vous aviez recours à trois plus petits compteurs.

Admettons que vous optiez pour un compteur de 18 kVA. Chaque circuit aura une puissance de 6 kVA. Lorsque vos appareils sont en fonctionnement, chaque circuit peut supporter au maximum à un instant T, 6000 kW de puissance. Au-delà, cela disjonctera. Il est donc important de bien répartir les appareils électriques sur les 3 branches d’alimentation.  

Compteur triphasé pro : quelle puissance choisir pour mon entreprise ?

Pour éviter les disjonctions, il faut donc bien choisir votre puissance. Mais, plus la puissance est importante, plus l’abonnement à l’électricité revient cher. Il est donc important de ne pas surdimensionner le compteur, au risque de voir monter sa facture d’électricité pro

Afin de trouver la juste puissance, il vous faudra faire une estimation de consommation. En effet, pour ne pas disjoncter vous devez opter pour une puissance supérieure ou égale à la puissance demandée lorsque tous les appareils sont en marche au même moment. Ainsi, si la totalité de vos appareils, ainsi que l’énergie nécessaire au chauffage atteignent 22 000 kW ensemble, vous devrez choisir un compteur triphasé de 24 kVA.

Bon à savoir

Si vous ne savez pas pour quelle puissance opter, vous pouvez faire appel à un courtier en énergie pro qui vous aidera à simuler les kWh consommés et à trouver l’offre la plus appropriée et la moins chère en fonction de votre activité.

Faire appel à un courtier en énergie

Compteur triphasé : comment changer de puissance ?

Si vous disposez d’entrer de jeu d’un compteur triphasé, il faudra demander un changement de puissance à votre fournisseur. Il relaiera votre demande à Enedis, le gestionnaire de réseau d’électricité. Celui-ci enverra alors un agent modifier la puissance.

Cette prestation sera facturée 66,40 € HT sur la facture d’électricité le mois suivant l’intervention pour un compteur d’une puissance souscrite supérieure à 36 kVA. Pour les compteurs d’une puissance inférieure ou égale à 36 kVA, il faudra compter 31,76 € HT.

Compteur Linky triphasé : changement de puissance

Si vous êtes déjà équipé d’un compteur Linky triphasé, vous devrez également faire une demande de changement de puissance auprès de votre opérateur. Celui-ci en fera part à Enedis. L’opération s’effectuera alors à distance. Elle vous sera facturée 3,12 € HT.  

Comment passer d’un compteur monophasé à un compteur triphasé ?

Professionnel, vous avez pour l’instant un compteur monophasé pro. Mais, votre entreprise croît et vous allez bientôt avoir plus de besoin en énergie. Il peut être intéressant de passer à un compteur triphasé.

Cela implique un changement de compteur d’électricité. Pour ce faire, vous devrez en référer à votre fournisseur. Celui-ci contactera alors Enedis qui dépêchera un technicien dans vos locaux. Cette prestation coûte 133,48 € HT et sera réalisée dans les 10 jours ouvrés suivant la demande.

Raccorder ses locaux en triphasé

Lorsqu’un consommateur professionnel emménage dans des locaux neufs, il doit les faire raccorder à l’électricité. C’est à ce moment-là que sera posé le compteur électrique. Pour ce faire, vous pouvez adresser une demande de raccordement à Enedis. En fonction de la taille de vos locaux et de vos besoins à vous de voir s’il est plus judicieux d’opter pour un compteur monophasé ou triphasé.

Pour déposer le dossier de demande de raccordement, vous devrez donner les pièces suivantes :

  • Une autorisation d’urbanisme ;
  • Des photos du bâtiment à raccorder ;
  • Un plan de masse ;
  • Un plan de situation, un extrait du cadastre.

Vous devrez également préciser si vous optez pour un raccordement triphasé ou monophasé et la puissance de compteur désirée.

Une fois le dossier reçu, Enedis vous fera parvenir un devis sous 10 jours. Il vous suffit de l’accepter pour lancer les travaux. Lorsqu’Enedis a terminé le chantier, il est obligatoire de faire réviser l’installation électrique par le Consuel. Si les travaux sont jugés conformes aux normes de sécurité électrique, vous obtiendrez alors une attestation Consuel. Elle permet d’entamer les démarches pour souscrire un contrat d’électricité et faire ouvrir le compteur.

A noter : si vous êtes perdus dans les démarches de raccordement, votre fournisseur peut vous accompagner. Il s’occupera de gérer les relations avec Enedis pour vous faciliter la tâche.